Le 17 Tammouz, dix septième jour du mois de Tammouz, dit Shiva Assar Be Tammouz en hébreu, est une fête juive, d’origine rabbinique. C’est l’un des quatre jeûnes ‘imposés’ par la Torah et instaurés par les prophètes.

Ce jeûne se déroule dès l’aube et ce, jusqu’au coucher du soleil, on peut dons manger pendant la nuit qui précède. Il exprime un deuil, observé par les jeunes mariés de la semaine précédente. Il donne lieu à une bénédiction spéciale, intitulée « Anenou » signifiant « réponds-nous », citée dans la prière pendant les offices de celles du matin et de l’après midi.

Cette date correspond, selon la coutume à un jeûne rabbinique lors du quatrième mois de l’année. Cela a été évoqué, en premier lieu, par Zacharie, un prophète qui décida de commémorer les calamités qui se sont succédées auprès du peuple de Judée et à la fois, commémore la période des trois semaines, période de deuil public d’institution rabbinique. Ces calamités sont célébrées lors de ce jeûne précisément : ce jeûne a pour objectif, comme celui de Yom Kippour, d’amener les personnes à repentir. Par ailleurs, le 10 Thevet et Yom Kippour ne sont pas décalés à la différence du 17 Tammouz qui est repoussé au dimanche d’après ou au jeudi qui précède, si il est en coïncidence avec le shabbat.

Le 17 Tammouz commémore aussi cinq événements tragiques qui sont arrivés à cette date :

  1. quand Moïse brisa les Tables de la Loi en voyant les juifs aduler le Veau d’Or
  2. le sacrifice journalier qui fut arrêté à cause du manque de bétail, lors du siège de Jérusalem
  3.  quand Apostomas, officier grec de l’époque su Second Temple a brûlé un manuscrit appartenant à la Torah dans le but de l’éradiquer.
  4. le saint Temple a été habité par une idole
  5. où une brèche fut percée dans les murailles de la ville sainte en 69 après JC, par le peuple romain.

DATE

  • Dimanche 8 juillet 2012
  • Mardi  25 juin 2013
  • Mardi 15 juillet 2014
  • Dimanche 5 juillet 2015

FETE

Lors de ce jeûne, les adultes, dès l’âge de bar et bat mitsva, s’abstienne de manger et boire dès que le soleil est levé. Les femmes enceintes et celles allaitantes encore, sont dispensés de suivre cette règle, comme les personnes malades. On peut se laver, porter des chaussures en cuir, on doit réciter les Seli’hot et Avinou Malkénon..