Le décompte de l’Omer, dit en hébreu sefirat haomer, est issu de la Torah et prescrit bibliquement comme un commandement (les 613 commandements (mitzvot) de la Torah). Le but étant de faire le décompte de chaque jour des sept semaines qu’il y a entre l’offrande de l’Omer, fixée au lendemain de la fête de Pessah, et la fête de Shavouot. Malgré la démolition du Temple de Jérusalem, le décompte de l’Omer est toujours d’actualité. La durée lors de laquelle ce décompte a lieu a, de plus, pris un aspect singulier envers la tradition des rabbins du au fait de la multitude d’événements ayant eu lieu dans l’histoire du peuple juif.

L’Omer était le symbole de mesure de l’orge, offert au Temple le jour suivant Pessah. Dès ce jour, ou plutôt dès la veille au soir, c’est un commandement de la Torah de devoir compter 49 jours, appelés donc les « jours du Omer » ou « compte du Omer ».

Ce décompte est donc un mitzvot (commandement) venant de la Torah. Il dicte de compter les 49 jours dès le second soir de Pessah et ce, jusqu’à la veille du jour précédant la fête de Shavouot. Une prière est prévue au soir, appelé Arvit. Si l’on oublie de compter après cette prière de commencement, on doit alors compter à partir de la nuit jusqu’au matin. Si on n’y pense que dans la journée, on compte sans dire de bénédiction. Puis avec bénédiction, les jours qui suivent. En revanche, si une journée entière a été oubliée, on compte le reste des jours sans aucune bénédiction. Chaque jour ainsi que chaque semaine nous amène à l’instant primordial qu’est l’occasion de nous rendre meilleur et de retenir la lumière du soir de la sortie d’Egypte.

DATE

  • Jeudi 5 avril 2012
  • Samedi 27 mars 2013
  • Mercredi 16 avril 2014
  • Dimanche 5 avril 2015

FETE

Il y a beaucoup de règles à suivre durant cette période :

- Habituellement, les hommes et femmes n’entreprennent pas de ‘travaux’ depuis le coucher du soleil jusqu’à la fin du compte de l’Omer.

- Il n’y a pas de mariage autorisé, et interdiction de se faire couper les cheveux.

- Pas de bénédiction de Chéhé’héyanou (ex : sur un fruit nouveau…) durant toute la durée du Omer.

Cependant, aucune interdiction vis-à-vis des balades, ou sorties, comme la baignade mais on doit mettre de côté la musique et la danse.