Tou bichvat, signifiant « le quinze du mois de Chvat », (Hamicha assar bichvat) est une fête juive mineure et conviviale en l’honneur de Dieu qui donne des fruits en abondance pour l’année qui vient. Cette date correspond à la fois, au nouvel an des arbres, à la fin d’une saison de pluie, et aussi à le montée de la sève dans le tronc d’arbre ; l’amandier fleurit le premier.

Le nouvel an des arbres célèbre tous les arbres et fruits sur Terre, cette journée a été déterminée pour définir la dîme (impôt de l’église sur les récoltes) sur le produit des arbres.

Le 15 shevat se passe au mois de janvier ou février d’après le calendrier grégorien.

Ce jour là provient de la Mishna, et non de la Bible, où on le nomme « nouvel an de l’arbre » (Roch Hachana la’ilan). Le printemps signe son retour ce jour là, ainsi que la nature, les arbres, fleurs et fruits.

DATE

  • Mercredi  8 février 2012
  • Samedi 26 janvier 2013
  • Lundi 16 janvier 2014
  • Jeudi 5 février 2015

FETE

Cette fête, commémorée en famille et entre amis, est adorée des enfants. La cérémonie peut se produire n’importe quelle heure de la journée. La tradition est d’orner la table de fruits, de réciter des psaumes, appelés Cantiques des degrés car ils sont dits sur les escaliers du Temple en y montant. A la fin de la lecture, un croyant dit une bénédiction sur un fruit et ainsi de suite pour chaque croyant présent. Chaque bénédiction dite, doit respecter des conditions : les mots Mélékh (roi), Baroukh (béni le nom de Dieu) et l’objet de celle-ci. Il y a une formule précise pour bénir : Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré (suivis du nom du fruit)  = « bénis soi tu hachém, notre Dieu roi du monde qui a crée… »

Un repas est partagé, ensemble, où l’on doit manger les 7 fruits du pays d’Israël, un fruit nouveau, et boire quatre verres de vin. La coutume dit que l’on doit planter des jeunes arbres, partout où l’on peut. C’est une grande célébration faîte à la nature et à Dieu.

On mange des mets faits de blé ou d’orge, juste après avoir dit une bénédiction, des olives, des dattes, des raisins frais/secs, des figues, des grenades. Les différentes coupes de vin changent à chaque fois, la première c’est du vin blanc, la seconde, du vin blanc mélangé à un peu de rouge, la troisième, moitié-moitié, la quatrième, que du rouge. Ensuite, d’autres fruits peuvent être offerts.  A la fin du repas, on cite une bénédiction généraliste.